Aller au contenu principal

10 avril 2011

1

par jccoenen

Entre pétales et parfum, au coeur même des fleurs s’affirme le pinceau nerveux de Jean-Claude COENEN. En gerbes lumineuses, il jette ses touches colorées commeautant d’étoiles d’un feu d’artifice. A l’intérieur d’un fragment cerné, la floraison réinvente de nouveaux bouquets et la végétation griffe la composition de tracés incisifs. Observée à ras du sol, la touffe de lavande prend des allures de séquoia qu’auraient enguirlandé mille myosotis. Dans le pommier en fleurs, l’oeil a escaladé les branchespour se nicher au sein du blanc cotonneux. Parfois des épilobes pourpres lancent leur hampe fleurie en un ardent buisson, tandis que les feuilles étroites croisent le vert en épais tapis hirsutes. La densité de la coloration appuie la vivacité de la gamme qui résonne de mille chants. Quand la neige s’attarde trop, des petits brins d’herbe se dressent en frondaisons épineuses pour égarer l’esprit dans la forêt de Brocéliande.

E. DELBRASSINNE (Le Soir)

Publicités
Un commentaire Poster un commentaire
  1. F. FINCOEUR
    Juin 2 2011

    Merci Jean-Claude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :